Histoire de la Corse

Forte de sa position stratégique au sein de l’espace méditerranéen, l’île de beauté a une longue histoire. Si elle n’a jamais cessé d’être un objet de convoitise, la Corse s’est toujours montrée peu encline à se laisser dominer, et n’a jamais été réellement conquise. C’est ce tumultueux passé qui a construit la Corse, à travers et contre les dominations extérieures successives.

 

Habitée par les hommes depuis neuf millénaires, la Corse voit s’installer Grecs et Carthaginois sur son territoire à partir du VIème siècle avant JC. Trois siècles plus tard, ils en sont chassés par les Romains, et malgré la résistance du peuple corse, le nouveau conquérant domine l’île pour près de 700 ans. Après les invasions vandales qui frappent la Corse au Vème siècle après JC, commence une occupation byzantine, et l’île est christianisée. Passée sous domination de Charlemagne, elle devient ensuite la propriété du pape en 774. Pendant près de deux siècles, les raids des Maures frappent l’île, et la féodalité s’installe. Au XIème siècle, l’Eglise finit par confier l’administration de l’île à la ville de Pise. Sa rivale Gêne lui dispute cette domination, et installe à son tour son pouvoir sur l’île au XIIIème siècle. Si cette occupation génoise dure près de 500 ans, ses puissances rivales continuent de convoiter l’île pendant que ses habitants tentent de s’émanciper. Au début du XVIIIème siècle, la population locale se révolte : en 1735, les Corses proclament leur indépendance et mettent en place une monarchie constitutionnelle. Cependant, en accord avec Gênes, les troupes françaises écrasent ce mouvement indépendantiste. Après leur départ, l’activisme corse reprend de plus belle. Pascal Paoli en prend la tête et proclame l’indépendance en 1755. L’île se dote alors d’une constitution républicaine, mais les Génois continuent de se maintenir dans quelques places fortes. Leurs tractations avec les Français perdurent, et après que ceux-ci aient maté le mouvement indépendantiste, la Corse devient française en 1789. Pendant le chaos de la période révolutionnaire, bien que toujours réticente à toute domination, la Corse finit par s’attacher à la France par le biais de la figure historique de Napoléon Bonaparte, ce héros d’Ajaccio devenu empereur des Français. Département français à partir de 1811, l’île reste fidèle au bonapartisme tout au long du XIXème siècle. Après le tumulte des deux guerres mondiales, l’île renoue avec le développement des mouvements autonomistes.

Le 25 juin 2014 le FLNC annonce le dépôts des armes et met fin a une période de violences pour prendre le relais politique.

Sous l’impulsion de Gilles Simeoni une nouvelle ère s’ouvre en corse, ouverte et apaisée.

Aujourd’hui, cette richesse historique et culturelle ne manque pas de séduire les visiteurs de l’île de beauté. Dans les hauteurs d’Ajaccio, le village d’Alata offre l’occasion de découvrir ce riche passé dans le cadre d’un séjour des plus agréables dans les charmants gîtes Sassone (https://gites-sassone.com/).

Aujourd’hui, la Corse est la région de France la plus tranquille.